Entrepreneurs 1_

CONTEXTE URBAIN

Le lotissement Beaugrenelle et la rue des Entrepreneurs

Situé au 92 rue des Entrepreneurs dans le 15ème arrondissement de Paris, dans un quartier dense et animé, ce projet d’habitat privé s’inscrit dans la tradition immobilière de ce quartier de Paris, entièrement bâti au début du XIXème siècle par des entrepreneurs locaux – les promoteurs d’aujourd’hui – comme son nom l’indique clairement : rue des Entrepreneurs.

Les parcelles se développent en profondeur, derrière une façade bourgeoise sculptée de l’immeuble de rapport sur rue. On accède à ce type de parcelles à travers des porches qui laissent découvrir une vie et un environnement à l’abri et en retrait de l’espace public.

Ces cœurs d’îlot configurent un paysage vernaculaire, aux formes variées avec des toitures et des verrières, des jardins et des terrasses secrets, impliquant des regards obliques vers l’espace environnant et la rue.

La parcelle

Archétype de cette typologie, la parcelle en question, se développant sur une surface d’environ 900 m2, est étroite, profonde et circonscrite d’espaces construits sur ses limites. Son axe majeur est orienté Nord-Sud.

La parcelle est occupée par trois bâtiments construits autour de 1900 :

  • un immeuble de logements sur rue en R + 4 sous toiture à la Mansard et commerce en rez-de- chaussée
  • un bâtiment sur cour longeant la limite Est, en R + 1 + combles à destination de bureaux (objet du présent projet)
  • un immeuble de logements en R + 3 fermant la parcelle au Sud.

Leur implantation laisse place à une cour intérieure tout en longueur et orientée principalement à l’Ouest.

PARTI URBAIN

Deux interventions, un projet

La reconversion du bâtiment sur cour par la transformation d’un bâtiment de bureaux en R+1 en deux maisons individuelles adjacentes sur 4 niveaux s’inscrit dans un projet global à l’échelle de la parcelle, lequel prévoit également, dans un second temps, la surélévation du bâtiment en front de rue (surélévation de 2 niveaux en R+5 et R+6, qui permettra la création d’un logement en duplex) avec la requalification du cœur d’îlot (aménagement paysager de la cour).

La cohérence architecturale et paysagère de cette double intervention s’exprime par les formes, les jeux de retraits et de surplombs, par les matériaux (le bois), ainsi que par le dessin des façades, rythmées par des larges ouvertures basées sur une variation du carré.

Deux interventions, deux regards

Une réflexion basée sur le regard « proche », qu’induit la typologie de construction en cœur d’îlot, est menée par un travail de légers surplombs successifs soulignant les masses ainsi qu’un travail de relief à travers l’alternance des nus des fenêtres, l’ensemble étant révélé par des jeux d’ombres en façade.

Ce regard « rapproché » du cœur d’îlot trouve un écho dans le « regard lointain » de la surélévation du bâtiment rue, dont le travail du relief de la façade se traduit, à l’inverse par un jeu de retraits.

PARTI ARCHITECTURAL

Afin de minimiser l’impact sur l’espace environnant, l’implantation de la construction existante est conservée. Il en résulte un bâtiment en longueur et élancé, couronné par une toiture à double pente asymétrique creusée par des loggias.

Le projet s’inspire de la mémoire du lieu ou « genius loci » en conservant la trame régulière « industrielle » qui caractérisait l’ordonnancement de la façade originelle, et en retrouvant la toiture en pente, archétype de la construction de cœur d’îlot.

Dans ce contexte de grande densité, quasiment mono-orienté Ouest et en réponse au double enjeu de la lumière et de la respiration, principes fondamentaux de la qualité des logements, un travail est mené pour guider la lumière zénithale vers le bas à travers les verrières ainsi qu’une succession de planchers en verre, pour créer des volumes « cathédrale », et prolonger les espaces de vie à l’extérieur (loggias au dernier niveau, terrasses à RDC).

L’enveloppe fait écho à la volonté d’un cœur d’îlot paysagé. Continue sur les 5 façades, elle est en bardage châtaigner,  d’une teinte grisée qui se rapproche de la future teinte argentée après vieillissement du bois.

PROGRAMME ET ORGANISATION DES ESPACES INTERIEURS

Les deux logements sont indépendants, leur accès se fait par un porche menant à la cour commune qui distribue les terrasses privatives plantées et protégées par une clôture en bardage bois claire-voies. Cette mise à distance est nécessaire entre espaces privatifs et espaces communs.

Chaque maison se développe sur 4 niveaux sur une surface totale de 370 m2 (maison 1= 200m² shab, maison 2 = 170m² shab).

Les deux maisons ont été conçues suivant la même configuration spatiale, avec une partition jour/nuit verticale

  • le rez-de-chaussée accueille salle à manger et cuisine ouverte, pièces à vivre par excellence en lien direct avec l’espace extérieur
  • au 1er niveau se trouve un séjour vaste et très lumineux incluant un espace de travail
  • le 2ème et 3ème étage de la maison hébergent respectivement 3 chambres et une salle d’eau, et une suite parentale agrémentée d’une loggia.

LA QUALITE D’UN LOGEMENT : LUMIERE ET RESPIRATION

Plusieurs dispositifs architecturaux permettent de guider la lumière et de multiplier les vues lointaines, dans ce contexte encaissé et quasiment mono-orienté :

  • L’entrée est marquée par un volume cathédral toute hauteur, baigné de lumière, dans lequel se trouve l’escalier en structure légère (métal et bois).
  • Une longue verrière en toiture fait glisser la lumière zénithale du matin, à travers des planchers en verre superposés, jusqu’au qu’au rez-de-chaussée.
  • Au rez-de-chaussée, aux heures où la lumière n’est plus directe, la lumière du soir pénètre par les fenêtres du R+1, à travers un plancher en verre.
  • La circulation au deuxième étage distribuant les chambres est en double hauteur sur un plancher verre et sous la verrière de toiture.
  • Les loggias du niveau des combles, largement vitrées sur leurs 3 faces, complètent ces dispositifs

L’ensemble offre des vues très dégagées sur l’environnement bâti alentour, ainsi que des cadrages poétiques sur le ciel et vers le lointain.

Tandis que les planchers en verre superposés permettent la vision du ciel depuis le rez-de- chaussée, révélant quadruple et double hauteurs et permettant des vues intérieures inattendues.

MATERIALITE DE L’ENVELOPPE

La continuité de l’enveloppe et le choix de la mono-matérialité met en exergue le travail sur les volumes compacts imaginés comme une masse sculptée.

La massivité du volume extérieur ainsi recherchée contraste avec la légèreté et la transparence des volumes intérieurs.

L’enveloppe du bâtiment – façades, toiture – comme les terrasses et la clôture, sont entièrement réalisées en Châtaignier, essence locale choisie pour sa durabilité naturelle (vieillissement sans traitement chimique sous nos climats) et son grisaillement argenté.

Les teintes et dessins du bardage, à lames verticales (sens de pose qui permet la meilleure tenue dans le temps) sont choisis de manière à renforcer les reliefs, les masses et jeux d’ombres.

Les volets en bois du rez-de-chaussée, identiques au bardage, disparaissent lorsqu’ils sont fermés.

Mode constructif : le choix de la filière sèche et de la préfabrication

Pour répondre aux enjeux écologique et durable, comme aux contraintes d’accès et de site, le chantier est mené en filière sèche pour cette construction légère.

Dans ce site occupé et difficile d’accès, l’enjeu du chantier était de minimiser les nuisances en limitant le temps de travaux sur place.

La charpente en acier, les murs et planchers en ossature métallique, ont permis par ailleurs d’allier performances techniques et optimisation des hauteurs libres comme des surfaces habitables.

Détails techniques et matériaux

Fondations et dalle RDC : béton

Superstructure : charpente et escaliers acier galvanisé

Murs de façade : procédé industriel F4 Isover de Saint Gobain (ossature métallique à isolation répartie intégrant un système d’étanchéité à l’air et à l’eau)

Séparatif entre maisons : Paroi SAD

Planchers : contreplaqué bakélisé, plaques de fibre gypse avec résilient acoustique, ragréage fibré, revêtement

Plafonds : isolation acoustique, plaques de plâtre REI 30mm

Menuiseries extérieures : aluminium teinte bronze métallisé avec noyau PVC

Stores extérieurs : toile occultante

Couverture chaude Bac Acier

Verrières modulaires Vélux

Serrurerie acier thermolaqué

Bardage, terrasses, volets, sur toiture Châtaigner essence IV Rahuelbois (Bretagne)

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d’œuvre : Collectif d’architectes SML + NEXT

Maîtrise d’ouvrage: Groupe LeBozec Immobilier

BET : Semofi, AT3E

Entreprises : corps d’états séparés

Programme : 2 logements individuels

Lieu : Paris 15 (75)

Surface :  393 m2 SDP / 370m² SHAB

Coût : 1,15 M € HT

Livraison : Août 2020

Chantier : 2017-2020

Etudes : 2016-2017